Filtres

Produits en stock

Prix

120 € - 285 €

Couleur

Taille écran (pouces)

5 pouces - 7 pouces

Nintendo reconditionné

Il y a 3 produits.

En 1977, la société Nintendo qui est constructrice de jeux de cartes à jouer Hanafuda depuis plus de 80 ans se lance dans le monde du jeu vidéo et sort sa première console : la Color-TV Game 6. Cette console permet de jouer à 6 jeux arcade préinstallés, mais n’offre pas la possibilité d’en ajouter. La Color-TV démocratise le jeu vidéo au japon et offre à Nintendo les fonds nécessaires pour l’élaboration de sa première console à cartouches interchangeables en 1983 : la Famicom ou Nintendo Entertainment System (NES).

La NES voit apparaître des jeux emblématiques tels que Super Mario Bros ou The Legend of Zelda qui représentent depuis lors la substantifique moelle de l’univers Nintendo solidement ancré sur ces licences. En parallèle, Nintendo propose diverses consoles portables allant du jeu électronique Game and Watch au fameux GameBoy et son jeu Pokémon qui seront des succès planétaires appréciés par grand nombre de joueurs.

Depuis ses débuts, Nintendo n’a de cesse de repousser les limites de l’innovation du monde vidéoludique. D’abord sur les consoles de salon avec les graphismes 3D sur la N64 en 1996, le jeu à 4 joueurs sur le GameCube en 2001 et le Motion Gaming sur la Wii en 2006. Puis sur les consoles portables avec le jeu en multijoueur sur GameBoy Advance en 2001, le tactile sur la DS en 2004 et la 3D sans lunettes sur 3DS en 2011. Aujourd’hui, Nintendo s’illustre comme un pilier du jeu vidéo et de l’innovation sachant proposer des consoles de plus en plus ambitieuses d’année en année et faire vibrer les joueurs du monde entier qu’ils soient petits, grands, novices ou joueurs confirmés. Avec Nintendo découvrez une large ludothèque de titres en tous genres jouables en solo, en famille ou entre amis.

Découvrez dès maintenant nos consoles Nintendo reconditionnées et trouvez le modèle qu’il vous faut.

Nos Nintendo Switch reconditionnées

e-Recycle vous propose une large sélection de consoles reconditionnées Nintendo : SwitchSwitch Lite ou encore Switch OLED. Contrôlées, désinfectées et reconditionnées, nos consoles Nintendo d'occasion vous promettent un fonctionnement identique à l’originale et la sérénité d’un produit qui fonctionnera sur la durée.

Choisir une Nintendo reconditionnée, c’est :

  • Choisir une console de seconde main 100% fonctionnelle et réaliser des économies
  • Soutenir l’économie circulaire en France et lutter contre les déchets électroniques

Comment nos consoles Nintendo sont-elles reconditionnées ?

Nos Nintendo reconditionnées sont rigoureusement contrôlées sur plus de 30 points techniques et esthétiques afin de vous offrir un fonctionnement identique aux consoles neuves et de vous permettre de jouer en toute fiabilité. Nous appliquons le processus suivant à chaque console :

  • Vérifications esthétiques
  • Contrôle technique sur 30 points
  • Suppression des données et remise à l’état d’usine
  • Test des accessoires (manettes, câbles…)
  • Nettoyage antibactérien

Les privilèges e-Recycle

Toute console reconditionnée par nos soins propose les privilèges suivants :

  • Expertise complète par des professionnels
  • 1 an de garantie (pièce et main d’œuvre)
  • Accessoires neufs et 100% compatibles

Livraison rapide en 24h à 48h (suivant le transporteur sélectionné)

Nintendo : une histoire de divertissement

1889 : dans la tradition du divertissement japonais

Quand elle est créée en 1889, la société Nintendo n’a pas pour vocation de s’atteler à faire de l’électronique. Son créateur Fusajirō Yamauchi, est loin de s’imaginer qu’il va être à l’origine de l’entreprise aux multiples succès vidéoludiques que nous connaissons aujourd’hui.

Pourtant, à cette époque Nintendo est déjà dans le domaine du divertissement. La modeste entreprise artisanale est alors spécialisée dans la création de jeux de cartes à jouer japonais Hanafuda. Méticuleuse, Nintendo fabrique ses cartes à la main dans le respect des traditions japonaises et c’est ainsi que la firme de Kyoto devient l’un des piliers du divertissement japonais avant même de s’être lancée dans les jeux vidéo.

1970 : Nintendo se lance dans l’électronique

En 1929, après 40 ans de cartes à jouer, le père de Nintendo prend sa retraite et laisse sa place de directeur de la société à son gendre Sekiryo Yamauchi. Durant son activité, Sekiryo Yamuchi permet à la firme de grandir et de s’exporter à l’international jusqu’aux Etats-Unis. En 1949, Sekiryo Yamuchi passe le flambeau à son fils Hiroshi Yamuchi qui offrira à la compagnie une vision plus jeune et se laissera influencé par les tendances américaines pour ouvrir Nintendo à une activité d’avenir en 1970 : les jeux électroniques.

C’est d’abord en soutien de la société Magnavox que Nintendo crée la première console de salon au monde : la Magnavox Odyssey. Fort du succès de ce premier jet, Nintendo met son savoir-faire à disposition de différents projets de bornes d’arcades et consoles jusqu’en 1977, année ou Hiroshi Yamauchi décide qu’il est enfin temps pour Nintendo de créer sa toute première console : la Color-TV Game 6. D’abord destinée au marché japonais qui est le plus friand de jeux vidéo, cette console est une première pour Nintendo qui affiche son changement d’activité aux yeux du grand public en devenant officiellement constructeur de consoles de jeux vidéo.

1977 : Nintendo fabrique sa première console

Cependant, la Color-TV Game 6 est très limitée matériellement en raison d’un coût de fabrication élevé puisqu’elle repose sur une technologie toute récente au moment de son lancement : le microprocesseur. Nintendo ne maîtrisant pas la fabrication de ce composant essentiel, elle se tourne vers Mitsubishi pour réaliser les microprocesseurs de ses consoles, ce qui se répercute sur le prix de vente des machines qui sont dès lors réservées à un public aisé et ne peuvent donc pas s’implanter facilement dans tous les foyers japonais et encore moins s’exporter dans d’autres pays.

En plus de son coût de fabrication, la Color-TV Game 6 ne dispose pas d’un système de cartouches interchangeables et n’offre qu’un catalogue limité de 6 jeux pré-intégrés. Celui-ci est tout de même mis à jour lors des différentes itérations de la console amenant la ludothèque à 15 jeux dans la version finale : la Color-TV Game 15. Malgré ces quelques défauts, la Color-TV rencontre un franc succès avec 350 000 consoles vendues soit près de 70% du marché des consoles de l’époque. 

Forte de ce succès, Nintendo commence à s’investir plus sérieusement dans ce secteur et décide de recruter du personnel qualifié. C’est lors de cette période charnière que la société recrute l’éminent créateur de consoles Gunpei Yokoi et le légendaire concepteur de jeux vidéo Shigeru Miyamoto qui deviendront plus tard des figures emblématiques et respectées du secteur vidéoludique.

En 1979, alors que la firme japonaise est en tête des ventes de consoles aux Japon et qu’elle s’est armée de collaborateurs compétents, elle décide de s’attaquer au marché mondial du jeu vidéo et de séduire un public plus large. Nintendo crée donc une console peu onéreuse et facilement transportable : le Game and Watch. Demandant une faible puissance de calcul et très peu de composants, le jeu électronique Game and Watch forge son attractivité sur un format de poche et un gameplay à la fois simpliste et terriblement addictif.

1983 : la naissance d’un succès planétaire

Réalisant un succès mondial, le Game and Watch résiste fièrement au crash du secteur vidéoludique de 1980 et permet même à Nintendo de réunir les fonds nécessaires au développement d’une nouvelle console de salon en 1983 : la Famicom que nous connaissons en occident sous le nom de NES (Nintendo Entertainement System).

La naissance de la NES, est considérée par beaucoup de joueurs et à juste titre comme l’évènement majeur ayant défini le jeu vidéo moderne. Pour cause, c’est avec cette console que le talent des ingénieurs et concepteurs de Nintendo a pu déployer sa pleine envergure. Voyant naître les plus grands titres de Nintendo comme Metroid, Super Mario Bros. ou encore The Legend of Zelda, la NES est loin du jeu d’arcade misant sur un gameplay répétitif et addictif, c’est une machine très complète permettant de vivre de belles histoires aux trames complexes sur un fond de gameplay riche et varié.

À la fin des années 80, la NES réussit le tour de force de relancer le secteur du jeu vidéo dont Nintendo détient 90% des parts de marché. Ainsi, en 1989 Nintendo détrône Toyota et devient la société japonaise la plus influente et la plus rentable du pays avec une renommée qui s’étend jusqu’aux Etats-Unis. Tant et si bien, que la société nipponne fait face à demande si élevée qu’elle entraîne une pénurie de microprocesseurs.

À ce moment-là, certains concurrents historiques tels que SEGA et Atari tentent de détrôner le géant japonais en sortant la Megadrive ou la Lynx qui rencontrent un certain succès, mais ne parviennent pas à passer devant la NES en raison d’un prix de vente bien plus onéreux et d’un catalogue moins attractif.

1989 : l’arrivée d’une console portable iconique

Pour asseoir sa position et attaquer sa concurrence sur un autre secteur que les consoles de salon, Nintendo décide de remettre le couvert de la Game and Watch en sortant une nouvelle console portable en 1989 : le Gameboy. Véritable NES de poche, le Gameboy de Nintendo est bien plus abouti que ses concurrents. Il dispose d’un système de cartouches interchangeables offrant le meilleur catalogue de jeux du marché et d’une autonomie de plusieurs heures en utilisant moins de piles que la concurrente d’époque la Sega GameGear. Outre son aspect technique, le Gameboy doit surtout son succès à un jeu mythique : Tetris vendu à plus de 30 260 000 exemplaires.

Un an plus tard, en 1990, Nintendo qui fait face à une concurrence de plus en plus rude décide de donner un nouveau coup de boost à son influence sur le secteur vidéoludique en passant à une architecture 16 Bits permettant d’afficher plus d’éléments et plus de couleurs à l’écran. La Super NES est ainsi née et ses graphismes n’ont rien à envier au modèle concurrent de SEGA : la Megadrive qui est elle aussi en 16 Bits et avec un catalogue plutôt convaincant. Mais les licences phares de Nintendo et les ventes de la NES et du Gameboy toujours en vogue à ce moment permettent à la firme au plombier rouge de conserver son avance sur Sega avec 75% du marché.

C’est en 1995, que Nintendo subi un véritable contrecoup pour la première fois. Cette année-là Sega marque un tournant en passant ses consoles à 32 Bits avec la Saturn qui offre en prime une nouveauté non négligeable : les graphismes en 3D. En plus de cette concurrente musclée et appréciée des pays occidentaux, Nintendo doit faire face à un nouvel entrant japonais et ancien collaborateur : Sony. L’arrivée de Sony sous les couleurs de Playstation marque un tournant pour Nintendo qui perd sa précieuse place de numéro un face à la très adulée Sony Playstation.

Assaillant les joueurs de campagnes marketing féroces et proposant un catalogue nettement plus mature, Playstation redore l’image du jeu vidéo auprès des adultes qui ont jusqu’à lors tendance à l’infantiliser et réussit par la même occasion à rassembler une communauté de joueurs plus large. Ce phénomène n’est clairement pas à l’avantage de Nintendo qui se voit forcée de riposter rapidement afin de ne pas perdre la partie…

1996 : Nintendo passe aux graphismes en 3D

C’est en 1996 que Nintendo décide de sortir sa réponse à la Sega Saturn et la Sony Playstation : le « Project Reality » première console 64 Bits du constructeur nippon qui sera connue du grand public sous le nom commercial N64. Malgré son avance technique, la N64 arrive un peu trop tard puisque le cœur des joueurs est déjà largement conquis par la Playstation. Sony reste donc en tête des ventes devant Nintendo. Cette guerre des consoles entre Sony et Nintendo est si intense qu’elle a raison de SEGA qui subit une importante perte de vente ainsi que de popularité et commence à s’éteindre doucement.

Bien que devancée sur les ventes de consoles par Sony, Nintendo réussit tout de même à maintenir son image auprès des joueurs en capitalisant sur un secteur ou Sony n’est pas encore assez fort pour riposter : l’édition de jeux vidéo.

En effet, Nintendo possède depuis plusieurs années un catalogue éprouvé de licences phares comme Super Mario ou Pokémon qui se vendent à des millions d’exemplaires et dont la plupart des bénéfices reviennent directement à Nintendo. Cet avantage catalogue ainsi que les nombreuses ventes de consoles portables, marché sur lequel Nintendo n’a rien à craindre de la concurrence et règne en maîtresse avec son Gameboy Color permettent à la firme japonaise de conserver sa superbe auprès des joueurs et de dégager des bénéfices suffisants pour tenir la dragée haute à Sony.

2001 : Nintendo brille par ses consoles portables

L’année 2001 signe l’arrivée de la firme américaine Microsoft dans le monde vidéoludique avec la Xbox qui rajoute du piment dans une guerre des consoles maintenant représentée par le quatuor Sega Dreamcast, Sony Playstation 2, Nintendo Game Cube et Microsoft Xbox.

Afin de palier à cette rude concurrence sur le secteur des consoles de salon, Nintendo décide de développer ses consoles portables en sortant le Gameboy Advance. Cette nouvelle génération de Gameboy est plus puissante qu’une Super NES tout en étant rétro-compatible avec l’intégralité du catalogue Gameboy et Gameboy Color. C’est donc sans surprise qu’il rencontre un franc succès auprès des gamers ravis de pouvoir retrouver Mario, Link, ainsi que Pikachu et ses amis les Pokémon sur un nouveau support.

En 2003, Nintendo peaufine son Gameboy Advance avec le Gameboy Advance SP qui propose un design à clapet plus compact et une batterie rechargeable et met fin à l’utilisation de piles dans les consoles portables Nintendo. Ces éléments techniques servent de source d’inspiration à la console portable Nintendo DS sortie en 2004 avec ses deux écrans dont l’un est tactile. Un franc succès vendu à plus de 10 millions d’exemplaires loin devant la PSP de Sony.

2006 : Innovation et ouverture sur le jeu mobile

En 2006 après plusieurs années de course aux graphismes avec ses concurrentes Playstation et Xbox Nintendo se détache de cet objectif et vise plutôt à faire innover le Gameplay en sortant la Wii, une dont les commandes sont basées sur la détection des mouvements du joueur. Familiale et facile à prendre en main, la Wii rencontre un grand succès et gagne la course aux ventes face à la Sony PS3 et la Microsoft Xbox 360 qui tentent de calquer la réussite de la Wii avec des accessoires additionnels que sont le Kinect et les PS Move, mais leurs catalogues moins adaptés à ce type de jeux ne leur permettent pas de concurrencer Nintendo sur le jeu vidéo à détection de mouvement.

En 2009 Nintendo profite de cette dynamique d’innovation pour sortir la gamme de consoles portables DSi équipée de caméras capables d’afficher des éléments en réalité augmentée dans les jeux. La firme japonaise pousse son concept en 2011 avec la 3DS qui propose le premier écran 3D sans nécessité d’utiliser des lunettes comme la DSi, la 3DS sera proposée dans un format étendu sobrement baptisé 3DS XL.

En 2012, la Wii laisse place à la Wii U, une console de salon proposant une manette innovante qui accueille un écran tactile en son centre. Catégorisée comme console portable refoulée et console de salon peu innovante face aux PS4 et Xbox One, la Wii U ne rencontre pas le succès escompté par la firme de Kyoto.

Pour ne rien arranger, le jeu mobile prend petit à petit le pas sur la console portable et le marché est en chute libre en 2016. Nintendo décide donc qu’il est grand temps de s’attaquer au secteur florissant des jeux mobiles et porte ses licences phares sur iOS et Android avec Super Mario Run ou encore Pokémon Go qui sont des succès planétaires toujours appréciés de nos jours.

2017 : le meilleur des deux mondes

C’est en 2017 que Nintendo réalise son plus grand coup de maître. Cette année-là, la firme japonaise apprend des erreurs de la Wii U et utilise son influence sur le marché des consoles portables pour sortir une console hybride proposant le meilleur des deux univers : la Nintendo Switch.

Console portable de prime à bord, la Nintendo Switch devient une véritable console de salon une fois posée sur son socle et raccordée à un téléviseur. Proposant une double expérience nomade et sédentaire, la Switch dispose également du catalogue le plus complet de toute l’histoire de Nintendo.

Les jeux de la Nintendo Switch sont variés et exploitent aussi bien le jeu à détection de mouvement que le jeu traditionnel manette en main. Grâce à son concept innovant et son catalogue varié la Nintendo Switch rassemble des joueurs de tous les horizons : petits et grands, familles, joueurs aguerris ou occasionnels.

Depuis lors, Nintendo a proposé diverses itérations de sa console Switch comme la Switch Lite uniquement dédiée au jeu nomade ou la Switch OLED et son écran amélioré.

Chez e-Recycle, nous vous proposons de vivre l’expérience Nintendo en reconditionné afin de réaliser des économies sur l’achat de votre console Nintendo Switch et d’économiser votre budget pour acheter des jeux et accessoires supplémentaires.

Service client

lundi - vendredi : 10h-17h

GARANTIE 1 AN

pour TOUS nos produits

LIVRAISON 24/48H

Partout en Europe !

100% SATISFAIT !

14 jours pour changer d'avis